Publication: M. Gardet & D. Niget (dir.), «Enfances (dé)placées. II. En temps de guerre», Revue d’histoire de l’enfance irrégulière, 15, 2013.

La problématique de l’enfance (dé)placée prend une acuité toute particulière au XXe siècle des guerres. Ces enfants, transbahutés par milliers d’un bout à l’autre du globe comme des pions sur un échiquier mondial, suivent des trajectoires chaotiques, dues aux soubresauts des alliances et antagonismes des belligérants ou, par la suite, des traités, des occupations, reconstructions et rapatriements.

Grèce, 1948. Evacuation des enfants des zones de guerre civile. © David Seymour, Magnum; Carole Naggar, courtesy Umbrage Editions
Grèce, 1948. Evacuation des enfants des zones de guerre civile. © David Seymour, Magnum; Carole Naggar, courtesy Umbrage Editions 

De véritables transports ou convois d’enfants s’organisent selon des logiques transnationales et parfois à l’encontre des revendications nationales. L’enfant déplacé pendant ou après la guerre est tantôt considéré comme un butin, un bien spolié qu’il s’agirait de rapatrier, voire de « renationaliser », tantôt comme un être neuf dans un monde transfiguré, un enfant transplanté, un citoyen convertible, adaptable à sa ou ses nouvelles patries d’adoption. L’attention nouvelle pour l’enfance, suscitée par la guerre, relève aussi d’un usage nouveau de son image, des valeurs dont elle est porteuse, des risques bellicistes et des promesses pacifistes qu’elle incarne. L’enfance de guerre donne corps à un nouvel humanitarisme revendiqué par de nombreux organismes ralliant la cause des enfants, dans l’orbite de la Société des nations puis des Nations unies. Ces enfants, que l’on montre déphasés, hors cadre et hors normes, figurent également les nouvelles préoccupations médicales et psychiatriques des effets tant physiques que psychiques de la guerre sur l’enfant, avec l’invention de la notion même de traumatisme. Ici encore, assourdis par le tumulte des bombes, il nous est difficile mais nécessaire de prêter l’oreille à cette voix des enfants de la guerre.

Table des matières

Mathias Gardet. Introduction

Tara Zahra. Les enfants « perdus ». Migration forcées, entre familles et nations dans l’Europe d’après-guerre

Friederike Kind-Kovács. The ‘Other’ Child Transports: World War I and the Temporary Displacement of Needy Children from Central Europe

Nazan Maksudyan. Des convois de gamins. L’envoi de jeunes orphelins ottomans en Allemagne pendant la première guerre mondiale

David Niget. Pieds nus dans les ruines : le regard de Chim sur les enfants de la guerre.

Halliday Piel. The Family State and Forced Youth Migrations in Wartime Japan (1937-1945)

Célia Keren. Négocier l’aide humanitaire°: les évacuations d’enfants espagnols vers la France pendant la guerre civile (1936-1939)

Publication: M. Gardet & D. Niget (dir.), « Enfances (dé)placées. I. En situation coloniale », Revue d’histoire de l’enfance irrégulière, 14, 2012.

Passées ses prémices guerrières, le projet colonial, du XIXème au XXème siècle, ne témoigne pas seulement d’une volonté de puissance, mais aussi de l’idée selon laquelle une nation peut engendrer, sur un territoire neuf, une société neuve. Dans cette perspective, l’enfance apparaît comme une page blanche sur laquelle les anciennes nations pourraient tracer cette utopie.

Mise en scène d'enfants amérindiens au pensionnat d'Amos, Québec. Non daté. Archives Déchâtelets.
Mise en scène d’enfants amérindiens au pensionnat d’Amos, Québec. Non daté. Archives Déchâtelets. 

Ce numéro de la Revue d’histoire de l’enfance «irrégulière» analyse la manière dont le pouvoir colonial s’est appliqué à façonner les sociétés indigènes, organisant la migration de dizaines de milliers d’enfants contre leur gré, sans égards pour les racines culturelles des jeunes ainsi (dé)placés.
Tantôt il s’agit de couper l’enfant métropolitain de son « milieu corrompu » et de le transporter vers la colonie régénératrice pour en faire un homme neuf, un colon productif, un citoyen idéal. Tantôt il s’agit de permettre aux enfants indigènes de s’extraire de leur « sauvagerie » pour connaître la « civilisation ».
De la Rhodésie du Sud au Ruanda-Urundi, de l’ex-Indochine à l’Australie, du Québec à l’URSS, ce volume témoigne de la souffrance, des (dé)placements, des outrages souvent infligés par des politiques de « protection » et « d’éducation » à des individus d’autant plus vulnérables qu’il s’agissait d’enfants. Les auteurs soulignent également les résistances, l’imagination créatrice, et les agencements mémoriels de ces enfants métissés par l’histoire.

Voir le sommaire et l’introduction