Journée d’étude & exposition. Le Centre International de l’Enfance : une histoire à construire

Affiche JE 6 juin CIEL’UMR CERHIO, dans le cadre de l’action CPER « La cause des enfants au XXe siècle », organise une journée d’étude, consacrée au Centre International de l’Enfance, institution internationale de protection de l’enfance co-financée par le gouvernement français et l’UNICEF entre 1949 et 1998.

Cette journée permettra un échange entre acteurs du CIE et universitaires de différentes disciplines et se terminera par le vernissage d’une exposition réalisée par les enseignants et étudiants en archivistique de l’Université d’Angers.

Entrée gratuite sur inscription : giliane.thibault@univ-angers.fr

Programme JE 6 juin CIE

Appel à communication. « Pour une histoire des droits des enfants au XXe siècle : approches transnationales »

Colloque international

9-10 octobre 2014

Université d’Angers – UMR CERHIO – Maison des Sciences humaines

 

Appel à communication

 

Au XXe siècle, l’enfance a fait l’objet de mobilisations de différents groupes sociaux et d’institutions engagées dans la défense de ses droits. Investie d’un rôle politique fort, l’enfance est devenue une « cause » dont les enjeux ont dépassé de loin la simple protection des enfants eux-mêmes. Conséquence de l’émotion suscitée par la vulnérabilité de l’enfance exposée aux drames du XXe siècle, des campagnes d’opinion, des « croisades » militantes ont prétendu protéger l’enfant des vicissitudes de la modernité. Ces enjeux politiques se manifestèrent à travers la constitution progressive des droits de l’enfant qui s’étendit dans le second XXe siècle aux sociétés du Sud. Au-delà des contingences nationales, il s’agissait de garantir à chaque individu sécurité et éducation, acquis nécessaires à l’exercice du libre-arbitre, considéré comme la pierre de touche des sociétés libérales.

De la première déclaration des droits de l’enfant à Genève (1923-1924) à la Convention internationale des droits de l’enfant il y a 25 ans (1989) en passant par de grandes étapes (1959, 1979…) l’histoire des droits des enfants n’a pas encore fait l’objet de travaux d’envergure. De ce fait, les enjeux contemporains de la sollicitude mondiale à l’égard des enfants, dont les nombreux échecs dans sa réalisation pratique témoignent, ne sont pas éclairés par l’analyse des apories historiques de leur constitution.

Le colloque a pour objet d’étudier comment se sont articulés dans l’espace transnational, mobilisations, savoirs, normes et dispositifs institutionnels au nom de l’édification des droits des enfants. Ces droits croisent différents champs : le droit et la justice, les politiques sociales, l’éducation et les loisirs, la santé publique et l’intervention humanitaire, etc. Il s’agira, d’une part, d’examiner les pratiques sociales et la fabrique d’un espace de la cause des enfants, et, d’autre part, de restituer l’expérience historique des acteurs, et en particulier le rôle des enfants eux-mêmes dans la constitution de leurs droits, en mobilisant le concept de citoyenneté. On s’interrogera sur cette tension, qui, au long du XXe siècle, a travaillé le champ des droits de l’enfant, entre l’essor des impératifs de gestion des risques visant à protéger l’enfant vulnérable et le développement des droits personnels du sujet juvénile, au nom d’une volonté politique d’émancipation.

 

Deux types de communications sont essentiellement attendus :

– D’une part des interventions proposant une réflexion sur les sources et les corpus de l’historien ainsi que sur l’accès aux archives nécessaires pour une histoire des droits des enfants. La nouveauté du champ historiographique invite à la diversification et au décloisonnement en termes aussi bien de statut des producteurs (administrations publiques, individus, associations, organisations internationales), de lieux de conservation que de nature des documents (archives écrites, figurées, filmiques, photographiques, sonores). Les conditions d’accès aux documents, notamment en termes de programmes de numérisation et de mise en ligne, méritent attention.

 

 

– D’autre part des monographies et études de cas à différentes échelles présentant des avancées dans les connaissances. Les thèmes et questionnements attendus ne sont pas limités, mais en voici quelques-uns qui retiennent particulièrement l’attention des organisateurs :

Comment différents acteurs se sont-ils mobilisés et ont-ils fait propagande autour de l’impératif moral, social, et politique de la protection et du bien-être des enfants et des jeunes à l’échelle mondiale ?

Quels sont les effets retours de ces mobilisations sur le gouvernement des populations, mais aussi sur les pratiques des groupes sociaux et des individus ?

Comment penser conjointement les effets des mobilisations pour les droits des enfants comme émancipation mais aussi comme aliénation pour l’enfance ?

Comment la dimension universelle des droits des enfants s’accommode-t-elle des inégalités sociales, raciales et de genre, à l’échelle des communautés, des nations, et du monde ?

Quelle est la place des acteurs, enfants et familles, dans la demande de droits ?

L’énonciation des droits des enfants ne produit-elle pas de nouvelles formes de « hiérarchies d’humanité » ?

Comment l’énonciation des droits des enfants participe-t-elle à une nouvelle définition de la citoyenneté ? Et dans quelle mesure la question de la citoyenneté rend-elle compte des négociations et conflits qui se nouent autour des normes sociales mises en forme par les droits des enfants ?

 

Les propositions de communication (400 mots maximum, en français ou en anglais) accompagnées d’une présentation biographique et bibliographique de leurs auteurs sont à envoyer conjointement à yves.denechere@univ-angers.fr et david.niget@univ-angers.fr avant le 15 mai 2014.

 

NB Il ne sera pas demandé de frais d’inscription aux communicants ; l’organisation prendra en charge leur frais d’hébergement et de repas mais pas leurs frais de transport.

 

Comité d’organisation :

– Yves Denéchère, Université d’Angers-UMR CERHIO

– Joëlle Droux, Université de Genève-ERHISE

– Patrice Marcilloux, Université d’Angers-UMR CERHIO

– David Niget, Université d’Angers-UMR CERHIO

– Éric Pierre, Université d’Angers-UMR CERHIO

– Pascale Quincy-Lefebvre, Université d’Angers-UMR CERHIO

 

Comité scientifique international :

– Louise Bienvenue, professeure d’histoire contemporaine, Université de Sherbrooke-CHRS (Québec-Canada)

– Thierry Moreau, professeur de droit, Université de Louvain-Centre Interdisciplinaire des Droits de l’Enfant (Belgique)

– Elda Moreno, Chef du Service de la dignité humaine et de l’égalité entre les femmes et les hommes au Conseil de l’Europe jusqu’en 2013

– Dirk Schumann, professeur d’histoire contemporaine, Université de Göttingen (Allemagne)

– François de Singly, professeur de sociologie, Université Paris Descartes

– Dominique Youf, philosophe, Directeur adjoint des enseignements et de la recherche à l’École Nationale de la Protection Judiciaire de la Jeunesse

Publication: M. Gardet & D. Niget (dir.), « Enfances (dé)placées. I. En situation coloniale », Revue d’histoire de l’enfance irrégulière, 14, 2012.

Passées ses prémices guerrières, le projet colonial, du XIXème au XXème siècle, ne témoigne pas seulement d’une volonté de puissance, mais aussi de l’idée selon laquelle une nation peut engendrer, sur un territoire neuf, une société neuve. Dans cette perspective, l’enfance apparaît comme une page blanche sur laquelle les anciennes nations pourraient tracer cette utopie.

Mise en scène d'enfants amérindiens au pensionnat d'Amos, Québec. Non daté. Archives Déchâtelets.
Mise en scène d’enfants amérindiens au pensionnat d’Amos, Québec. Non daté. Archives Déchâtelets. 

Ce numéro de la Revue d’histoire de l’enfance «irrégulière» analyse la manière dont le pouvoir colonial s’est appliqué à façonner les sociétés indigènes, organisant la migration de dizaines de milliers d’enfants contre leur gré, sans égards pour les racines culturelles des jeunes ainsi (dé)placés.
Tantôt il s’agit de couper l’enfant métropolitain de son « milieu corrompu » et de le transporter vers la colonie régénératrice pour en faire un homme neuf, un colon productif, un citoyen idéal. Tantôt il s’agit de permettre aux enfants indigènes de s’extraire de leur « sauvagerie » pour connaître la « civilisation ».
De la Rhodésie du Sud au Ruanda-Urundi, de l’ex-Indochine à l’Australie, du Québec à l’URSS, ce volume témoigne de la souffrance, des (dé)placements, des outrages souvent infligés par des politiques de « protection » et « d’éducation » à des individus d’autant plus vulnérables qu’il s’agissait d’enfants. Les auteurs soulignent également les résistances, l’imagination créatrice, et les agencements mémoriels de ces enfants métissés par l’histoire.

Voir le sommaire et l’introduction