Journée d’étude & exposition. Le Centre International de l’Enfance : une histoire à construire

Affiche JE 6 juin CIEL’UMR CERHIO, dans le cadre de l’action CPER « La cause des enfants au XXe siècle », organise une journée d’étude, consacrée au Centre International de l’Enfance, institution internationale de protection de l’enfance co-financée par le gouvernement français et l’UNICEF entre 1949 et 1998.

Cette journée permettra un échange entre acteurs du CIE et universitaires de différentes disciplines et se terminera par le vernissage d’une exposition réalisée par les enseignants et étudiants en archivistique de l’Université d’Angers.

Entrée gratuite sur inscription : giliane.thibault@univ-angers.fr

Programme JE 6 juin CIE

Cycle de demi-journées d’étude 2013-2014 – Professionnels, engagements et « enfance en danger » au XXe siècle

Par Yves Denéchère, Pascale Quincy-Lefebvre et David Niget

Venues de la société civile ou de l’extension des prérogatives de l’État, les politiques de l’enfance, érigées en causes « nationales » et/ou « universelles », occupent une place croissante dans le gouvernement des populations au XXe siècle. L’enfance s’est imposée comme un instrument stratégique des politiques de prévention des risques médicaux et sociaux. La question engage des hommes et des institutions. Parallèlement, la protection de l’enfance se professionnalise, s’appuie sur des expertises en matière de santé publique, de justice, de travail social ou d’éducation.

La problématique du séminaire 2013/2014 portera sur les acteurs des politiques de santé publique et la place prise par les professionnels (médecins, travailleurs sociaux, psychologues, professions juridiques, forces de l’ordre, enseignants) dans la mobilisation, les réseaux, le gouvernement des problèmes sociaux par la protection de l’enfance et la prévention des risques. La question concernera particulièrement le champ des violences sur mineurs.

Au XXe siècle, la santé publique connaît d’importantes transformations tant dans ses frontières, ses logistiques que dans sa culture. D’abord portée par le besoin des Nations au XIXe siècle, la santé s’affirme comme droit social et droit individuel dont l’enfance est première bénéficiaire, au nom de sa vulnérabilité.

Les risques de mise en danger ou la « maltraitance » ne s’arrêtent pas aux frontières des Etats. A différentes échelles et avec des appuis variables, des coopérations naissent pour « sauver l’enfant », aider et contrôler les familles, mener une politique de la population. Après 1945, l’hygiène sociale et l’humanitaire sont les creusets d’une pédiatrie sociale, école du développement pour des politiques de santé publique dans le champ transnational. A partir des années 50 et 60, en Occident, le net recul de la mortalité infantile libère des énergies pour de nouvelles ambitions en matière de santé physique et psychique.

De l’après-guerre aux années 1970, des médecins redécouvrent les « maltraitances » à enfants et partagent leurs expériences dans des espaces connectés par les individus et des collectifs. Du côté des savoirs, Frederic Silverman et Henry Kempe, radiologue et pédiatre américains, formalisent le « syndrome de l’enfant battu ». En France, entourés par des équipes pluridisciplinaires, le médecin Pierre Straus et le professeur Michel Manciaux, directeur du Centre International de l’Enfance de 1974 à 1983, fondent en 1979, à la suite de l’International Society for the Prevention of Child Abuse and Neglect, l’Association française d’information et de recherche sur l’enfance maltraitée (AFIREM). Ce militantisme renouvelle l’approche sociale, médicale, juridique de la protection de l’enfance. La maltraitance entre dans l’agenda des institutions internationales, des Etats, des collectivités. Traitant des violences physiques (familiales, institutionnelles), les interventions dénoncent les sévices psychologiques, s’élargissent au problème des abus sexuels dans les années 1980 sous l’impulsion des mouvements féministes.

En savoir plus : suite de la présentation, programme.

Quelles sources ? Quelle histoire ?

Demi-journée d’étude du 25 novembre 2013

13h45 – ACCUEILaffiche_20131025

Quelle histoire ? (PASCALE QUINCY-LEFEBVRE et DAVID NIGET, Université d’Angers)

Retour d’expériences. Les professionnels et leurs archives : le CNAHES (MATHIAS GARDET, Université de Paris 8)

Des ego-archives, usages, usagers et postures d’usage. (PATRICE MARCILLOUX, Université d’Angers)

Les archives du CIE (Centre International de l’Enfance). Quelles exploitations, quelles valorisations ? Présentation du fonds et discussion (DAMIEN HAMARD et YVES DENÉCHÈRE, Université d’Angers)

17h00 – FIN