Publication: M. Gardet & D. Niget (dir.), «Enfances (dé)placées. II. En temps de guerre», Revue d’histoire de l’enfance irrégulière, 15, 2013.

La problématique de l’enfance (dé)placée prend une acuité toute particulière au XXe siècle des guerres. Ces enfants, transbahutés par milliers d’un bout à l’autre du globe comme des pions sur un échiquier mondial, suivent des trajectoires chaotiques, dues aux soubresauts des alliances et antagonismes des belligérants ou, par la suite, des traités, des occupations, reconstructions et rapatriements.

Grèce, 1948. Evacuation des enfants des zones de guerre civile. © David Seymour, Magnum; Carole Naggar, courtesy Umbrage Editions
Grèce, 1948. Evacuation des enfants des zones de guerre civile. © David Seymour, Magnum; Carole Naggar, courtesy Umbrage Editions 

De véritables transports ou convois d’enfants s’organisent selon des logiques transnationales et parfois à l’encontre des revendications nationales. L’enfant déplacé pendant ou après la guerre est tantôt considéré comme un butin, un bien spolié qu’il s’agirait de rapatrier, voire de « renationaliser », tantôt comme un être neuf dans un monde transfiguré, un enfant transplanté, un citoyen convertible, adaptable à sa ou ses nouvelles patries d’adoption. L’attention nouvelle pour l’enfance, suscitée par la guerre, relève aussi d’un usage nouveau de son image, des valeurs dont elle est porteuse, des risques bellicistes et des promesses pacifistes qu’elle incarne. L’enfance de guerre donne corps à un nouvel humanitarisme revendiqué par de nombreux organismes ralliant la cause des enfants, dans l’orbite de la Société des nations puis des Nations unies. Ces enfants, que l’on montre déphasés, hors cadre et hors normes, figurent également les nouvelles préoccupations médicales et psychiatriques des effets tant physiques que psychiques de la guerre sur l’enfant, avec l’invention de la notion même de traumatisme. Ici encore, assourdis par le tumulte des bombes, il nous est difficile mais nécessaire de prêter l’oreille à cette voix des enfants de la guerre.

Table des matières

Mathias Gardet. Introduction

Tara Zahra. Les enfants « perdus ». Migration forcées, entre familles et nations dans l’Europe d’après-guerre

Friederike Kind-Kovács. The ‘Other’ Child Transports: World War I and the Temporary Displacement of Needy Children from Central Europe

Nazan Maksudyan. Des convois de gamins. L’envoi de jeunes orphelins ottomans en Allemagne pendant la première guerre mondiale

David Niget. Pieds nus dans les ruines : le regard de Chim sur les enfants de la guerre.

Halliday Piel. The Family State and Forced Youth Migrations in Wartime Japan (1937-1945)

Célia Keren. Négocier l’aide humanitaire°: les évacuations d’enfants espagnols vers la France pendant la guerre civile (1936-1939)

Publication: M. Gardet & D. Niget (dir.), « Enfances (dé)placées. I. En situation coloniale », Revue d’histoire de l’enfance irrégulière, 14, 2012.

Passées ses prémices guerrières, le projet colonial, du XIXème au XXème siècle, ne témoigne pas seulement d’une volonté de puissance, mais aussi de l’idée selon laquelle une nation peut engendrer, sur un territoire neuf, une société neuve. Dans cette perspective, l’enfance apparaît comme une page blanche sur laquelle les anciennes nations pourraient tracer cette utopie.

Mise en scène d'enfants amérindiens au pensionnat d'Amos, Québec. Non daté. Archives Déchâtelets.
Mise en scène d’enfants amérindiens au pensionnat d’Amos, Québec. Non daté. Archives Déchâtelets. 

Ce numéro de la Revue d’histoire de l’enfance «irrégulière» analyse la manière dont le pouvoir colonial s’est appliqué à façonner les sociétés indigènes, organisant la migration de dizaines de milliers d’enfants contre leur gré, sans égards pour les racines culturelles des jeunes ainsi (dé)placés.
Tantôt il s’agit de couper l’enfant métropolitain de son « milieu corrompu » et de le transporter vers la colonie régénératrice pour en faire un homme neuf, un colon productif, un citoyen idéal. Tantôt il s’agit de permettre aux enfants indigènes de s’extraire de leur « sauvagerie » pour connaître la « civilisation ».
De la Rhodésie du Sud au Ruanda-Urundi, de l’ex-Indochine à l’Australie, du Québec à l’URSS, ce volume témoigne de la souffrance, des (dé)placements, des outrages souvent infligés par des politiques de « protection » et « d’éducation » à des individus d’autant plus vulnérables qu’il s’agissait d’enfants. Les auteurs soulignent également les résistances, l’imagination créatrice, et les agencements mémoriels de ces enfants métissés par l’histoire.

Voir le sommaire et l’introduction

Images, filiation, transmission. Echanges interdisciplinaires – 8 novembre 2013

Rencontre organisée par Claudine Veuillet-Combier, maîtresse de conférences en psychologie clinique et psychopathologie, université d’Angers, LPPL, Yves Denéchère, professeur en histoire contemporaine, université d’Angers, Cerhio

 

L’objectif de la rencontre est d’engager un temps de réflexion croisant les regards disciplinaires afin d’avancer dans le dégagement d’une problématique de recherche interrogeant la question de l’image dans ses liens avec le champ de la parentalité et de la filiation.programme_20131108

Il s’agira de mettre à l’épreuve les concepts clés : « images », « parentalité » et « filiation », du point de vue de la psychanalyse, de la sociologie clinique, de l’histoire ou encore de la littérature, pour ouvrir au débat et au balisage un champ de réflexion partagée.

Notre société contemporaine dans ses avancées, propose effectivement des modèles familiaux en mutation avec de nouvelles configurations impliquant le lien de filiation et mobilisant un changement dans les représentations. Comment les images d’hier et d’aujourd’hui participent-elles à cette évolution ?

Effectivement, l’espace littéraire, les archives historiques, comme les différents champs culturels et sociaux, mais aussi la vie psychique et autres, s’appuient sur des images qui organisent un territoire représentatif pour une part partagé et pour une autre intime, concernant les questions de filiation et de parentalité. Force est d’observer que les images circulent et se transmettent, mais que nous révèlent-elles, sur la nature et la forme des liens qui unissent les uns et les autres ?

        Programme JE du 8.11.13 MATIN (ouverte au public) / Programme JE du 8.11.13 APRES MIDI (workshop)

 

Protection et droits des enfants au XXe siècle. Acteurs, cultures et champs d’action – Un cycle pluriannuel de demi-journées d’étude

Par Yves Denéchère, Pascale Quincy-Lefebvre et David Niget

Aux XIXe et XXe siècles, précieuse, vulnérable, à risque, l’enfance est un objet privilégié de mobilisations pour différents groupes et institutions soucieux de régulations sociales et de citoyenneté. Investie d’un rôle politique fort, dans des sociétés qui oscillent entre tradition et modernité, autorités et libertés, l’enfance devient une « cause » dont les enjeux dépassent la simple protection des enfants eux-mêmes. Au nom du droit des individus et contre les communautés, les Etats modernes se font intrusifs ; ils supportent de nouvelles économies morales, sanitaires et sociales, impulsent, encadrent une législation, une action publique et privée.

La protection de l’enfance a une histoire sociale, culturelle, scientifique, juridique qui se recompose au XXe siècle. Les traumatismes de guerre, les nouveaux droits de l’enfant, l’action des professionnels et une pression de l’opinion redessinent ou structurent des champs, constructions et outils du changement social.

Les regards se déplacent. Les causes se coalisent. Les pratiques bougent. Par le jeu des acteurs et des institutions, des espaces se connectent. Selon quelles logiques et processus ? A partir de quels pôles ? Dans quel environnement scientifique, institutionnel, émotionnel ? Les cultures de l’intervention sociale se professionnalisent. Quelles légitimités et quelles rivalités autour des savoirs et des pouvoirs ? Quelles questions pour les sociétés ? Quels droits et quelle place pour des jeunes dans les nouvelles régulations ?

Les temps s’accélèrent, les espaces se fractionnent ou se dilatent. La protection de l’enfance est un champ controversé mais aussi un possible objet de consensus. A l’échelle du siècle et à la lumière des nouvelles cultures de l’enfance, les individus et des mouvements collectifs plus larges sont incertains. Crise des représentations ? Problème avec l’universel ? Quelle dialectique entre protection et défense des droits de l’enfant dans les discours, politiques et pratiques ?

Sur des thèmes définis annuellement, le cycle se propose de réunir des chercheurs en sciences humaines et sociales, des acteurs d’hier et d’aujourd’hui pour examiner les mobilisations, savoirs, normes et dispositifs institutionnels mis en œuvre au nom de la protection de l’enfance.

Comme lieu de rencontre et d’échange, ces demi-journées d’étude ont une vocation prospective. L’équipe entend développer un réseau, aborder de nouvelles problématiques et construire un projet de recherche innovant sur le plan sociétal.

En savoir plus sur le cycle 2013-2014 : présentation, programme.

Contacts : pascale.quincy-lefebvre@univ-angers.fr ; david.niget@univ-angers.fr ; yves.denechere@univ-angers.fr

Cycle de demi-journées d’étude 2013-2014 – Professionnels, engagements et « enfance en danger » au XXe siècle

Par Yves Denéchère, Pascale Quincy-Lefebvre et David Niget

Venues de la société civile ou de l’extension des prérogatives de l’État, les politiques de l’enfance, érigées en causes « nationales » et/ou « universelles », occupent une place croissante dans le gouvernement des populations au XXe siècle. L’enfance s’est imposée comme un instrument stratégique des politiques de prévention des risques médicaux et sociaux. La question engage des hommes et des institutions. Parallèlement, la protection de l’enfance se professionnalise, s’appuie sur des expertises en matière de santé publique, de justice, de travail social ou d’éducation.

La problématique du séminaire 2013/2014 portera sur les acteurs des politiques de santé publique et la place prise par les professionnels (médecins, travailleurs sociaux, psychologues, professions juridiques, forces de l’ordre, enseignants) dans la mobilisation, les réseaux, le gouvernement des problèmes sociaux par la protection de l’enfance et la prévention des risques. La question concernera particulièrement le champ des violences sur mineurs.

Au XXe siècle, la santé publique connaît d’importantes transformations tant dans ses frontières, ses logistiques que dans sa culture. D’abord portée par le besoin des Nations au XIXe siècle, la santé s’affirme comme droit social et droit individuel dont l’enfance est première bénéficiaire, au nom de sa vulnérabilité.

Les risques de mise en danger ou la « maltraitance » ne s’arrêtent pas aux frontières des Etats. A différentes échelles et avec des appuis variables, des coopérations naissent pour « sauver l’enfant », aider et contrôler les familles, mener une politique de la population. Après 1945, l’hygiène sociale et l’humanitaire sont les creusets d’une pédiatrie sociale, école du développement pour des politiques de santé publique dans le champ transnational. A partir des années 50 et 60, en Occident, le net recul de la mortalité infantile libère des énergies pour de nouvelles ambitions en matière de santé physique et psychique.

De l’après-guerre aux années 1970, des médecins redécouvrent les « maltraitances » à enfants et partagent leurs expériences dans des espaces connectés par les individus et des collectifs. Du côté des savoirs, Frederic Silverman et Henry Kempe, radiologue et pédiatre américains, formalisent le « syndrome de l’enfant battu ». En France, entourés par des équipes pluridisciplinaires, le médecin Pierre Straus et le professeur Michel Manciaux, directeur du Centre International de l’Enfance de 1974 à 1983, fondent en 1979, à la suite de l’International Society for the Prevention of Child Abuse and Neglect, l’Association française d’information et de recherche sur l’enfance maltraitée (AFIREM). Ce militantisme renouvelle l’approche sociale, médicale, juridique de la protection de l’enfance. La maltraitance entre dans l’agenda des institutions internationales, des Etats, des collectivités. Traitant des violences physiques (familiales, institutionnelles), les interventions dénoncent les sévices psychologiques, s’élargissent au problème des abus sexuels dans les années 1980 sous l’impulsion des mouvements féministes.

En savoir plus : suite de la présentation, programme.

Quelles sources ? Quelle histoire ?

Demi-journée d’étude du 25 novembre 2013

13h45 – ACCUEILaffiche_20131025

Quelle histoire ? (PASCALE QUINCY-LEFEBVRE et DAVID NIGET, Université d’Angers)

Retour d’expériences. Les professionnels et leurs archives : le CNAHES (MATHIAS GARDET, Université de Paris 8)

Des ego-archives, usages, usagers et postures d’usage. (PATRICE MARCILLOUX, Université d’Angers)

Les archives du CIE (Centre International de l’Enfance). Quelles exploitations, quelles valorisations ? Présentation du fonds et discussion (DAMIEN HAMARD et YVES DENÉCHÈRE, Université d’Angers)

17h00 – FIN