Protection et droits des enfants au XXe siècle. Acteurs, cultures et champs d’action – Un cycle pluriannuel de demi-journées d’étude

Par Yves Denéchère, Pascale Quincy-Lefebvre et David Niget

Aux XIXe et XXe siècles, précieuse, vulnérable, à risque, l’enfance est un objet privilégié de mobilisations pour différents groupes et institutions soucieux de régulations sociales et de citoyenneté. Investie d’un rôle politique fort, dans des sociétés qui oscillent entre tradition et modernité, autorités et libertés, l’enfance devient une « cause » dont les enjeux dépassent la simple protection des enfants eux-mêmes. Au nom du droit des individus et contre les communautés, les Etats modernes se font intrusifs ; ils supportent de nouvelles économies morales, sanitaires et sociales, impulsent, encadrent une législation, une action publique et privée.

La protection de l’enfance a une histoire sociale, culturelle, scientifique, juridique qui se recompose au XXe siècle. Les traumatismes de guerre, les nouveaux droits de l’enfant, l’action des professionnels et une pression de l’opinion redessinent ou structurent des champs, constructions et outils du changement social.

Les regards se déplacent. Les causes se coalisent. Les pratiques bougent. Par le jeu des acteurs et des institutions, des espaces se connectent. Selon quelles logiques et processus ? A partir de quels pôles ? Dans quel environnement scientifique, institutionnel, émotionnel ? Les cultures de l’intervention sociale se professionnalisent. Quelles légitimités et quelles rivalités autour des savoirs et des pouvoirs ? Quelles questions pour les sociétés ? Quels droits et quelle place pour des jeunes dans les nouvelles régulations ?

Les temps s’accélèrent, les espaces se fractionnent ou se dilatent. La protection de l’enfance est un champ controversé mais aussi un possible objet de consensus. A l’échelle du siècle et à la lumière des nouvelles cultures de l’enfance, les individus et des mouvements collectifs plus larges sont incertains. Crise des représentations ? Problème avec l’universel ? Quelle dialectique entre protection et défense des droits de l’enfant dans les discours, politiques et pratiques ?

Sur des thèmes définis annuellement, le cycle se propose de réunir des chercheurs en sciences humaines et sociales, des acteurs d’hier et d’aujourd’hui pour examiner les mobilisations, savoirs, normes et dispositifs institutionnels mis en œuvre au nom de la protection de l’enfance.

Comme lieu de rencontre et d’échange, ces demi-journées d’étude ont une vocation prospective. L’équipe entend développer un réseau, aborder de nouvelles problématiques et construire un projet de recherche innovant sur le plan sociétal.

En savoir plus sur le cycle 2013-2014 : présentation, programme.

Contacts : pascale.quincy-lefebvre@univ-angers.fr ; david.niget@univ-angers.fr ; yves.denechere@univ-angers.fr

Cycle de demi-journées d’étude 2013-2014 – Professionnels, engagements et « enfance en danger » au XXe siècle

Par Yves Denéchère, Pascale Quincy-Lefebvre et David Niget

Venues de la société civile ou de l’extension des prérogatives de l’État, les politiques de l’enfance, érigées en causes « nationales » et/ou « universelles », occupent une place croissante dans le gouvernement des populations au XXe siècle. L’enfance s’est imposée comme un instrument stratégique des politiques de prévention des risques médicaux et sociaux. La question engage des hommes et des institutions. Parallèlement, la protection de l’enfance se professionnalise, s’appuie sur des expertises en matière de santé publique, de justice, de travail social ou d’éducation.

La problématique du séminaire 2013/2014 portera sur les acteurs des politiques de santé publique et la place prise par les professionnels (médecins, travailleurs sociaux, psychologues, professions juridiques, forces de l’ordre, enseignants) dans la mobilisation, les réseaux, le gouvernement des problèmes sociaux par la protection de l’enfance et la prévention des risques. La question concernera particulièrement le champ des violences sur mineurs.

Au XXe siècle, la santé publique connaît d’importantes transformations tant dans ses frontières, ses logistiques que dans sa culture. D’abord portée par le besoin des Nations au XIXe siècle, la santé s’affirme comme droit social et droit individuel dont l’enfance est première bénéficiaire, au nom de sa vulnérabilité.

Les risques de mise en danger ou la « maltraitance » ne s’arrêtent pas aux frontières des Etats. A différentes échelles et avec des appuis variables, des coopérations naissent pour « sauver l’enfant », aider et contrôler les familles, mener une politique de la population. Après 1945, l’hygiène sociale et l’humanitaire sont les creusets d’une pédiatrie sociale, école du développement pour des politiques de santé publique dans le champ transnational. A partir des années 50 et 60, en Occident, le net recul de la mortalité infantile libère des énergies pour de nouvelles ambitions en matière de santé physique et psychique.

De l’après-guerre aux années 1970, des médecins redécouvrent les « maltraitances » à enfants et partagent leurs expériences dans des espaces connectés par les individus et des collectifs. Du côté des savoirs, Frederic Silverman et Henry Kempe, radiologue et pédiatre américains, formalisent le « syndrome de l’enfant battu ». En France, entourés par des équipes pluridisciplinaires, le médecin Pierre Straus et le professeur Michel Manciaux, directeur du Centre International de l’Enfance de 1974 à 1983, fondent en 1979, à la suite de l’International Society for the Prevention of Child Abuse and Neglect, l’Association française d’information et de recherche sur l’enfance maltraitée (AFIREM). Ce militantisme renouvelle l’approche sociale, médicale, juridique de la protection de l’enfance. La maltraitance entre dans l’agenda des institutions internationales, des Etats, des collectivités. Traitant des violences physiques (familiales, institutionnelles), les interventions dénoncent les sévices psychologiques, s’élargissent au problème des abus sexuels dans les années 1980 sous l’impulsion des mouvements féministes.

En savoir plus : suite de la présentation, programme.

Quelles sources ? Quelle histoire ?

Demi-journée d’étude du 25 novembre 2013

13h45 – ACCUEILaffiche_20131025

Quelle histoire ? (PASCALE QUINCY-LEFEBVRE et DAVID NIGET, Université d’Angers)

Retour d’expériences. Les professionnels et leurs archives : le CNAHES (MATHIAS GARDET, Université de Paris 8)

Des ego-archives, usages, usagers et postures d’usage. (PATRICE MARCILLOUX, Université d’Angers)

Les archives du CIE (Centre International de l’Enfance). Quelles exploitations, quelles valorisations ? Présentation du fonds et discussion (DAMIEN HAMARD et YVES DENÉCHÈRE, Université d’Angers)

17h00 – FIN