Publication: M. Gardet & D. Niget (dir.), « Enfances (dé)placées. I. En situation coloniale », Revue d’histoire de l’enfance irrégulière, 14, 2012.

Passées ses prémices guerrières, le projet colonial, du XIXème au XXème siècle, ne témoigne pas seulement d’une volonté de puissance, mais aussi de l’idée selon laquelle une nation peut engendrer, sur un territoire neuf, une société neuve. Dans cette perspective, l’enfance apparaît comme une page blanche sur laquelle les anciennes nations pourraient tracer cette utopie.

Mise en scène d'enfants amérindiens au pensionnat d'Amos, Québec. Non daté. Archives Déchâtelets.
Mise en scène d’enfants amérindiens au pensionnat d’Amos, Québec. Non daté. Archives Déchâtelets. 

Ce numéro de la Revue d’histoire de l’enfance «irrégulière» analyse la manière dont le pouvoir colonial s’est appliqué à façonner les sociétés indigènes, organisant la migration de dizaines de milliers d’enfants contre leur gré, sans égards pour les racines culturelles des jeunes ainsi (dé)placés.
Tantôt il s’agit de couper l’enfant métropolitain de son « milieu corrompu » et de le transporter vers la colonie régénératrice pour en faire un homme neuf, un colon productif, un citoyen idéal. Tantôt il s’agit de permettre aux enfants indigènes de s’extraire de leur « sauvagerie » pour connaître la « civilisation ».
De la Rhodésie du Sud au Ruanda-Urundi, de l’ex-Indochine à l’Australie, du Québec à l’URSS, ce volume témoigne de la souffrance, des (dé)placements, des outrages souvent infligés par des politiques de « protection » et « d’éducation » à des individus d’autant plus vulnérables qu’il s’agissait d’enfants. Les auteurs soulignent également les résistances, l’imagination créatrice, et les agencements mémoriels de ces enfants métissés par l’histoire.

Voir le sommaire et l’introduction