Exposition « Mauvaises Filles. Déviantes et délinquantes, 19e-21e siècles »

Il s’agit à travers une exposition d’aborder la question du regard posé sur la déviance juvénile féminine par la justice et la société. Quelques grandes questions traversent cette thématique :

  • La loi n’a pas de genre. Est-ce si sûr ? Est-ce que réellement le Code pénal s’applique de la même manière que l’on soit fille ou garçon ? Enferme-t-on les filles pour les mêmes motifs que les garçons ? Dans le même type d’institutions ?
  • Le sentiment actuel de l’apparition soudaine des mauvaises filles dans l’espace public. Est-ce si nouveau ? Les filles étaient-elles jusqu’à présent par nature douces et dociles, incapables de voler, de se battre, de se rebeller ?L’itinéraire scénographique doit permettre aux visiteurs de réfléchir :affiche-modifs-04-0515
  • Aux représentations stéréotypées de la bonne et de la mauvaise fille à travers le temps,
  • A l’importance des normes morales et sexuelles imposées aux adolescentes,
  • Aux hauts-murs des institutions (Bon Pasteur et Ecoles de Préservation) où un grand nombre de « mauvaises filles » ont été enfermées parfois pendant des années.

Commissaire

Véronique Blanchard

Exposition produite par

École nationale de protection judiciaire de la jeunesse / ENPJJ Association pour l’histoire de la protection judiciaire des mineurs / AH-PJM

Centre d’histoire Judiciaire de l’Université de Lille 2 Cresppa-CSU et Université Paris 8

MSHA, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine Centre d’histoire du XIXe siècle de l’Université Paris 1

Programme GEDI / Genre et discriminations sexistes et homophobes, de l’Université d’Angers

OÙ?

Centre d’exposition « Enfants en Justice »

Ferme de Champagne

Rue des Palombes

91600 Savigny-sur-Orge

Séminaire ENJEU-2T 2015: « Les âges de l’enfance et de la jeunesse comme catégorie d’analyse historique »

L’âge est une catégorie historique questionnant la temporalité. À ce titre, l’âge n’apparait pas seulement comme un objet d’étude, mais fonctionne également comme une grille d’analyse et une ressource épistémologique. À l’instar du genre dont on a pointé les vertus heuristiques en histoire depuis l’article fondateur de Joan Scott, l’âge ne relève pas exclusivement de distinctions biologiques entre individus, mais aussi d’une construction sociale et culturelle qui a varié dans le temps, attribuant des caractéristiques spécifiques aux classes d’âges ainsi réifiées. Plus encore, l’âge relève en soi d’une prise en compte de la temporalité dans la caractérisation des individus et des groupes, et postule un effet du temps sur les acteurs. Au même titre que le genre, la construction sociale et culturelle des âges de la vie, fondée sur des représentations, des savoirs et des pratiques spécifiques, justifie une répartition inégale du pouvoir dans les sociétés. Enfin, l’âge est tenu pour déterminant dans la formation des identités individuelles comme collectives, constituant une expérience individuelle marquée par des étapes successives censées former une «histoire de vie».

Parmi ces étapes, l’enfance et la jeunesse occupent un statut singulier. Dans l’histoire occidentale, la spécification des âges et la prise en compte de l’enfance, puis de la jeunesse, apparait comme un marqueur de la modernité, chez Elias notamment. Le jeune âge est progressivement perçu dans l’histoire comme une forme de genèse primordiale dans la formation des identités. Conjointement, la jeunesse est soustraite à diverses formes d’activités humaines, et, de ce fait, encadrée par différentes formes de dispositifs légaux et institutionnels, ces derniers fonctionnant tantôt comme attributaires de droits, tantôt comme réducteurs de droits. Paradoxalement, à mesure que l’enfance est prise en considération et soustraite au monde commun, cette classe d’âge est progressivement considérée comme un acteur subalterne de l’histoire.

À travers ce séminaire, il s’agira tout d’abord de nous interroger sur la nature des sources d’une histoire de l’enfance et de la jeunesse, posant un certain nombre de défis aux historien.nes. On pourra conjointement, s’interroger sur l’âge comme marqueur du pouvoir et les capacités d’agir de la jeunesse, ainsi que sur les mémoires et récits de l’enfance et de la jeunesse comme historicité de l’intime. Ces perspectives permettront d’articuler une analyse des trajectoires individuelles avec leur inscription sociale, culturelle et politique. Comment la prise en compte de l’âge, et de la jeunesse en particulier, peut changer notre façon de faire de l’histoire, plaçant au cœur de l’analyse historique la question même de la temporalité, du devenir, de l’éphémère, de la réminiscence que constitue l’expérience de l’enfance ?

Nous opterons également pour une perspective transnationale, connectée et croisée, seule à même de distinguer une construction différenciée des âges de l’enfance selon les espaces culturels mais aussi capable de discerner la place des jeunes dans l’histoire globale et l’importance de cette classe d’âge dans la construction d’un espace transnational. Enfin, notre approche historique sera nécessairement interdisciplinaire, dialoguant avec les sciences sociales comme les sciences médicales pour nous interroger sur l’usage réflexif de cette catégorie et son rôle dans la construction des savoirs.

Le séminaire 2015 se tiendra sur trois demi-journées en mars, juin et octobre. Il est ouvert aux enseignants-chercheurs, doctorants et étudiants travaillant sur les thématiques de l’enfance et de la jeunesse.

Jeudi 19 mars 2015 de 14h00  17h00 à la MSH, salle Aimé Césaire

Didier LETT (Université Paris Diderot/IUF)

Michel CHAUVIÈRE (directeur de recherche, CNRS)

Mardi 16 juin de 14h00 à 17h00 à la MSH, salle Camille Lepage

Corinne PERNET, université de Bâle (professeure invitée à l’U. d’Angers au titre de la recherche): « La prise en compte des catégories d’âge des enfants dans les politiques alimentaires internationales »

Sophie COUSSEMACKER, université de Bordeaux III : « Ages de la vie et genre dans l’Espagne médiévale »

Contact: david.niget@univ-angers.fr

Création d’une équipe Enfance/Jeunesse, Temporalités, Transnationalité au CERHIO

L’équipe ENJEU-2T permettra de valoriser et de développer l’expertise des historiens de l’UMR CERHIO sur l’enfance et la jeunesse de l’époque médiévale à l’époque contemporaine. En mobilisant les concepts de régulations sociales, de genre, de temporalité et de transnationalité, l’équipe entend aborder les thématiques suivantes : la filiation et la famille, la déviance, la prise en charge par les institutions, la justice, la sexualité, le corps, la santé, l’assistance et l’humanitaire, le bien-être et la qualité de vie, les droits des enfants et des jeunes.

 

Membres de l’équipe Statut/période Thématiques de recherche personnelles relatives à l’enfance et/ou la jeunesse
CaroleAvignon MCFhistoire médiévale Filiation, Bâtardise, Parenté, Justice, Institution matrimoniale
YvesDenéchère PUhistoire contemporaine Adoption internationale, Parrainages humanitaires, Familles, Déplacements et migrations d’enfants, Droits des enfants
HervéGuillemain MCFHistoire contemporaine Histoire du corps et la médecine, Schizophrénie, Adolescence
NahemaHanafi MCFhistoire moderne Histoire du corps et de la médecine, Sexualité, Genre, Parenté
PatriciaLegris MCFHistoire contemporaineDr en science politique Histoire de l’éducation, Programmes scolaires, Citoyenneté
MichelNassiet PUhistoire moderneMembre senior IUF (promotion 2006) Famille, Parenté, Justice, Violence, Genre, Anthropologie historique
DavidNiget MCFhistoire contemporaine Citoyenneté, Justice des mineurs, Risque, Histoire culturelle de la jeunesse
EricPierre MCFhistoire contemporaine Délinquance juvénile, Institutions, éducation surveillée, Protection judiciaire de la jeunesse
PascaleQuincy-Lefebvre MCFhistoire contemporaine Enfance en danger, Maltraitance, Protection de l’enfance et de la jeunesse, Familles

 

 

 

Colloque international: « Pour une histoire des droits des enfants au XXe siècle. Approches transnationales »

9-10 octobre 2014

Université d’Angers

CERHIO, UMR 6258, Maison des Sciences Humaines,

5bis, Boulevard Lavoisier, 49045 Angers cedex 01

AFFICHE COLLOQUECe colloque a pour objet d’étudier comment se sont articulés dans l’espace transnational, mobilisations, savoirs, normes et dispositifs institutionnels au nom de l’édification des droits des enfants. Ces droits croisent différents champs : le droit et la justice, les politiques sociales, l’éducation et les loisirs, la santé publique et l’intervention humanitaire, etc. Il s’agira, d’une part, d’examiner les pratiques sociales et la fabrique d’un espace de la cause des enfants, et, d’autre part, de restituer l’expérience historique des acteurs, et en particulier le rôle des enfants eux-mêmes dans la constitution de leurs droits, en mobilisant le concept de citoyenneté.

 

CONTACT CERHIO : giliane.thibault@univ-angers.fr

Télécharger: PROGRAMME COLLOQUE

Journée d’étude & exposition. Le Centre International de l’Enfance : une histoire à construire

Affiche JE 6 juin CIEL’UMR CERHIO, dans le cadre de l’action CPER « La cause des enfants au XXe siècle », organise une journée d’étude, consacrée au Centre International de l’Enfance, institution internationale de protection de l’enfance co-financée par le gouvernement français et l’UNICEF entre 1949 et 1998.

Cette journée permettra un échange entre acteurs du CIE et universitaires de différentes disciplines et se terminera par le vernissage d’une exposition réalisée par les enseignants et étudiants en archivistique de l’Université d’Angers.

Entrée gratuite sur inscription : giliane.thibault@univ-angers.fr

Programme JE 6 juin CIE

Cycle de demi-journées d’étude 2013-2014 – Abus sexuels et protection de l’enfance au temps des médias – 23 mai 2014

Programme de la journée d’étude du 23 mai 2014.

Lieu : Maison des sciences humaines, 5 bis boulevard Lavoisier à Angers. affiche 23.05.14 Espace enfant

13h30 — Accueil.

Introduction par Pascale QUINCY-LEFEBVRE (CERHIO, Université d’Angers)

Le crime sexuel sur enfant XIXe-XXe siècle au prisme des médias par Anne-Claude AMBROISE-RENDU, (UVSQ, Université Paris-Ouest-Nanterre)

Quand la pédophilie devient problème public. Familles, professionnels et « entrepreneurs de cause » au temps des médias par Laurie BOUSSAGUET (CEE, Sciences-PO Paris)

Pause

Table ronde : La pédophilie devant la justice. Quels impacts sur la protection de l’enfance en France et en Belgique ?

Invités :

Luc GABORY (Direction enfance famille, Conseil général de Maine-et-

Loire).

Vincent MAGOS (Directeur de la Coordination de l’aide aux victimes

de maltraitances de la Fédération Wallonie-Bruxelles/YAPAKA).

17h30 — FIN

Entrée libre sur inscription : giliane.thibault@univ-angers.fr

Journée d’étude: Professionnels, engagements et « enfance en danger » au XXe siècle. Violences institutionnelles, 28 mars 2014

 

Venues de la société civile ou de l’extension des prérogatives de l’État, les politiques de l’enfance, érigées en causes « nationales » et/ou « universelles », occupent une place croissante dans le gouvernement des populations au XXe siècle. L’enfance s’est imposée comme un instrument stratégique des politiques de prévention des risques médicaux et sociaux.  La question engage des hommes et des institutions. Parallèlement, la protection de l’enfance se professionnalise, s’appuie sur des expertises en matière de santé publique, de justice, de travail social ou d’éducation.

CERHIO_violences instit_140328

 

La problématique du séminaire 2013/2014 portera sur  les acteurs des politiques de santé publique et la place prise par les professionnels (médecins, travailleurs sociaux, psychologues, professions juridiques, forces de l’ordre, enseignants) dans la mobilisation, les réseaux, le gouvernement des problèmes sociaux  par la protection de l’enfance et la prévention des risques. La question concernera particulièrement le champ des violences sur mineurs.

 

Maison des Sciences Humaines

5, Bd Lavoisier Angers

Salle Germaine Tillion

Entrée libre sur inscription : giliane.thibault@univ-angers.fr


Appel à communication. « Pour une histoire des droits des enfants au XXe siècle : approches transnationales »

Colloque international

9-10 octobre 2014

Université d’Angers – UMR CERHIO – Maison des Sciences humaines

 

Appel à communication

 

Au XXe siècle, l’enfance a fait l’objet de mobilisations de différents groupes sociaux et d’institutions engagées dans la défense de ses droits. Investie d’un rôle politique fort, l’enfance est devenue une « cause » dont les enjeux ont dépassé de loin la simple protection des enfants eux-mêmes. Conséquence de l’émotion suscitée par la vulnérabilité de l’enfance exposée aux drames du XXe siècle, des campagnes d’opinion, des « croisades » militantes ont prétendu protéger l’enfant des vicissitudes de la modernité. Ces enjeux politiques se manifestèrent à travers la constitution progressive des droits de l’enfant qui s’étendit dans le second XXe siècle aux sociétés du Sud. Au-delà des contingences nationales, il s’agissait de garantir à chaque individu sécurité et éducation, acquis nécessaires à l’exercice du libre-arbitre, considéré comme la pierre de touche des sociétés libérales.

De la première déclaration des droits de l’enfant à Genève (1923-1924) à la Convention internationale des droits de l’enfant il y a 25 ans (1989) en passant par de grandes étapes (1959, 1979…) l’histoire des droits des enfants n’a pas encore fait l’objet de travaux d’envergure. De ce fait, les enjeux contemporains de la sollicitude mondiale à l’égard des enfants, dont les nombreux échecs dans sa réalisation pratique témoignent, ne sont pas éclairés par l’analyse des apories historiques de leur constitution.

Le colloque a pour objet d’étudier comment se sont articulés dans l’espace transnational, mobilisations, savoirs, normes et dispositifs institutionnels au nom de l’édification des droits des enfants. Ces droits croisent différents champs : le droit et la justice, les politiques sociales, l’éducation et les loisirs, la santé publique et l’intervention humanitaire, etc. Il s’agira, d’une part, d’examiner les pratiques sociales et la fabrique d’un espace de la cause des enfants, et, d’autre part, de restituer l’expérience historique des acteurs, et en particulier le rôle des enfants eux-mêmes dans la constitution de leurs droits, en mobilisant le concept de citoyenneté. On s’interrogera sur cette tension, qui, au long du XXe siècle, a travaillé le champ des droits de l’enfant, entre l’essor des impératifs de gestion des risques visant à protéger l’enfant vulnérable et le développement des droits personnels du sujet juvénile, au nom d’une volonté politique d’émancipation.

 

Deux types de communications sont essentiellement attendus :

– D’une part des interventions proposant une réflexion sur les sources et les corpus de l’historien ainsi que sur l’accès aux archives nécessaires pour une histoire des droits des enfants. La nouveauté du champ historiographique invite à la diversification et au décloisonnement en termes aussi bien de statut des producteurs (administrations publiques, individus, associations, organisations internationales), de lieux de conservation que de nature des documents (archives écrites, figurées, filmiques, photographiques, sonores). Les conditions d’accès aux documents, notamment en termes de programmes de numérisation et de mise en ligne, méritent attention.

 

 

– D’autre part des monographies et études de cas à différentes échelles présentant des avancées dans les connaissances. Les thèmes et questionnements attendus ne sont pas limités, mais en voici quelques-uns qui retiennent particulièrement l’attention des organisateurs :

Comment différents acteurs se sont-ils mobilisés et ont-ils fait propagande autour de l’impératif moral, social, et politique de la protection et du bien-être des enfants et des jeunes à l’échelle mondiale ?

Quels sont les effets retours de ces mobilisations sur le gouvernement des populations, mais aussi sur les pratiques des groupes sociaux et des individus ?

Comment penser conjointement les effets des mobilisations pour les droits des enfants comme émancipation mais aussi comme aliénation pour l’enfance ?

Comment la dimension universelle des droits des enfants s’accommode-t-elle des inégalités sociales, raciales et de genre, à l’échelle des communautés, des nations, et du monde ?

Quelle est la place des acteurs, enfants et familles, dans la demande de droits ?

L’énonciation des droits des enfants ne produit-elle pas de nouvelles formes de « hiérarchies d’humanité » ?

Comment l’énonciation des droits des enfants participe-t-elle à une nouvelle définition de la citoyenneté ? Et dans quelle mesure la question de la citoyenneté rend-elle compte des négociations et conflits qui se nouent autour des normes sociales mises en forme par les droits des enfants ?

 

Les propositions de communication (400 mots maximum, en français ou en anglais) accompagnées d’une présentation biographique et bibliographique de leurs auteurs sont à envoyer conjointement à yves.denechere@univ-angers.fr et david.niget@univ-angers.fr avant le 15 mai 2014.

 

NB Il ne sera pas demandé de frais d’inscription aux communicants ; l’organisation prendra en charge leur frais d’hébergement et de repas mais pas leurs frais de transport.

 

Comité d’organisation :

– Yves Denéchère, Université d’Angers-UMR CERHIO

– Joëlle Droux, Université de Genève-ERHISE

– Patrice Marcilloux, Université d’Angers-UMR CERHIO

– David Niget, Université d’Angers-UMR CERHIO

– Éric Pierre, Université d’Angers-UMR CERHIO

– Pascale Quincy-Lefebvre, Université d’Angers-UMR CERHIO

 

Comité scientifique international :

– Louise Bienvenue, professeure d’histoire contemporaine, Université de Sherbrooke-CHRS (Québec-Canada)

– Thierry Moreau, professeur de droit, Université de Louvain-Centre Interdisciplinaire des Droits de l’Enfant (Belgique)

– Elda Moreno, Chef du Service de la dignité humaine et de l’égalité entre les femmes et les hommes au Conseil de l’Europe jusqu’en 2013

– Dirk Schumann, professeur d’histoire contemporaine, Université de Göttingen (Allemagne)

– François de Singly, professeur de sociologie, Université Paris Descartes

– Dominique Youf, philosophe, Directeur adjoint des enseignements et de la recherche à l’École Nationale de la Protection Judiciaire de la Jeunesse

Journée d’étude « Changer les cultures professionnelles. Savoirs, formations et enfance en danger au XX siècle », 24 janvier 2014

 

Venues de la société civile ou de l’extension des prérogatives de l’État, les politiques de l’enfance, érigées en causes « nationales » et/ou « universelles », occupent une place croissante dans le gouvernement des populations au XXe siècle. L’enfance s’est imposée comme un instrument stratégique des politiques de prévention des risques médicaux et sociaux.  La question engage des hommes et des institutions. Parallèlement, la protection de l’enfance se professionnalise, s’appuie sur des expertises en matière de santé publique, de justice, de travail social ou d’éducation.

Affiche-prog-24-01-2014 protection

 

La problématique du séminaire 2013/2014 portera sur  les acteurs des politiques de santé publique et la place prise par les professionnels (médecins, travailleurs sociaux, psychologues, professions juridiques, forces de l’ordre, enseignants) dans la mobilisation, les réseaux, le gouvernement des problèmes sociaux  par la protection de l’enfance et la prévention des risques. La question concernera particulièrement le champ des violences sur mineurs.

Maison des Sciences Humaines

5, Bd Lavoisier Angers

Salle Frida Kahlo

Entrée libre, inscription souhaitée.

Contacts : Pascale.quincy-lefebvre@univ-angers.fr ; david.niget@univ-angers.fr

Enfance(s) et Jeunesse(s). Journée doctorale interdisciplinaire

Enfance(s) et Jeunesse(s)

Journée scientifique interdisciplinaire des ED SCE et CEI, Universités de Nantes-Anhgers-Le Mans (LUNAM).

Conférences de Didier Lett, professeur d’histoire médiévale, et de Dominique Pasquier, sociologue, directrice de recherche au CNRS.

4 décembre 2013 Maison des Sciences Humaines de l’Université d’Angers 9h30-17h00

Organisation : Yves Denéchère (Professeur d’histoire contemporaine, CERHIO, Université d’Angers, directeur de l’ED SCE) et Philippe Le Guern (Professeur en Information et communication, CAPHI, Université de Nantes, directeur de l’ED CEI)

JSI 4 décembre programme